Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
 L'actualité culturelle – L'hebdo des toulousains

Consultez les articles de la rubrique Culture de l'hebdo des toulousains. Disponible en presse le vendredi

RENCONTRE AVEC MURRAY HEAD- l'hebdo des toulousains-culture-musique

C'est un artiste de légende Murray Head, 73 ans était l'invité de la page culture

 

LPJ: Le public Français vous a t-il manqué ?

MH : Oui ! bien sûr ! vous savez en 2020 un chanteur n’a plus le choix que de faire des concerts, on ne gagne plus sa vie qu’avec la sortie d’un disque. Nos vies comptent sur le rendez-vous avec le public en concert.

LPJ : Un peu comme dans les années 70 ?

MH : Oui tout à fait , vous savez à l’époque dans les années 60, on faisait beaucoup de 45 tours le plus que l’on pouvait faire c’était un 45 tours avec 4 titres. Les maisons de disques venaient nous voir en studio ou en concert s’ils aimaient, ils nous proposaient un premier 45 tours et si celui ci se vendait, alors ils revenaient un peu plus tard pour nous en proposer un autre. Les seuls qui faisaient des 33 tours c’étaient les Beatles ou les Stones . Le 45 tours à l’époque, c’était en fait une pub pour le concert. Dans les années 70, on faisait un concert pour vendre le disque .

LPJ : Vous qui avez traversé les décennies et qui avez composé 15 albums studio, comment vous sentez vous dans cette nouvelle époque 2020 avec les nouvelles technologies, streaming et autres ?

MH : Je m’adapte, vous savez, je n’ai pas le choix de toutes façons, je n’ai pas de retraite :  pour moi c’est la scène en premier. Après, pour être franc avec vous, je n’ai pas la même émotion à faire de la musique qu’ à l’époque. Avant quand on faisait de la musique, l’argent on n’y pensait même pas. Maintenant la musique est un véritable business.

LPJ : Pouvez vous nous raconter l’histoire de cette immense tube « Say it ain’t so » ?

MH : Vous savez le titre « Say it ain’t so » a été enregistré deux fois : une première fois avec un producteur qui m’avait fait signer un contrat mais qui ne me reversait pas les royalties du titre. Alors je l’ai réenregistré et j’ai produit le disque moi-même. Puis le titre est devenu le slow de l’année mais il faut savoir qu’à l’origine, la chanson n’est pas une chanson d’amour.  C’est la durée du titre qui a fait que c’est devenu le slow de l’été, après en France, les français écoutent la chanson française pour les paroles et l’anglo saxon pour la musique en ne comprenant pas les paroles tout à fait. Le titre say it ain’t so, c’est une chanson sur l’état politique à l’époque en rapport avec toutes les histoires entre l’Amérique et en Grande-Bretagne

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :